En Route-Kaddish [2014]

Le spectacle a été créé au Théâtre de Vanves du 15 au 18 décembre 2014.

Mise en scène et interprétation David Geselson et Elios Noël
Texte David Geselson
Collaboration à la mise en scène Jean-Pierre Baro
Scénographie Lisa Navarro
Lumières Jérémie Papin
Vidéo Jérémie Scheidler
Son Loïc Le Roux
Equipe technique en tournée
Régie générale et son
Loïc Le Roux
Régie lumière arNo Seghiri
Régie vidéo Julien Reis et Jérémie Scheidler
Administration, production, communication : AlterMachine I Noura Sairour et Carole Willemot


Production
Compagnie Lieux-Dits
Coproduction Théâtre de Vanves, Théâtre de la Bastille
Avec l’aide de la DRAC Ile-de-France, d’Arcadi, du Centre National du Théâtre et du Fonds de dotation Porosus
Résidences Théâtre de Vanves, Carreau du Temple dans le cadre de l’incubateur international, Théâtre de la Bastille
Remerciements aux archives du CNC, au Théâtre Nanterre-Amandiers, à La Colline – théâtre national, au Théâtre Paris-Villette, à Lilas en scène, à Confluences et à la Fabrique Mc11

 

Durée 1h30

 

Le texte En Route-Kaddish est édité aux éditions Lieux-Dits 

Mon grand-père est mort en juillet 2009 à Jérusalem dans l’ancien quartier allemand, dans la partie Ouest de la ville.
C’est à partir d’archives et de récits de famille que j’ai entrepris d’écrire et de réinventer son histoire. Un pont entre mythologies et faits historiques.
Il s’agit de l’histoire d’un homme qui a traversé le 20ème siècle.
Au début du XXIe siècle, les idéaux qu’il aura poursuivis toute sa vie sont déjà fissurés. Son rêve presque détruit.
Quand il meurt, l’été 2009, j’ai bientôt 30 ans, je me sépare d’une femme et fuis pour le Japon.
C’est là, dans les inconnus de Tokyo, que je vais le recroiser et débuter la reconquête de mon histoire.
Nous sommes deux, Yehouda et moi, à nous raconter. Un homme dont l’idéal, la création de l’état d’Israël, est devenu un cauchemar, et un jeune homme qui hérite d’une histoire impossible à porter sans la ranimer, la questionner, la mettre en doute, la comprendre, la faire sienne.
Et il y a leurs histoires d’amours impossibles.
Une femme que Yehouda aura aimée toute sa vie sans jamais pouvoir vivre avec elle, et une rupture qui a poussé son petit-fils dans les inconnus du Japon.
D’abord écrits sous forme de nouvelles, ces récits, adaptés à la scène, sont portés par Elios Noël et moi-même. L’écriture se construit dans un aller-retour permanent entre la table de travail et le plateau.
Ces récits questionnent à la fois notre histoire actuelle, le conflit Israélo-Palestinien, ses conséquences éthiques, sociales, humaines et politiques, et nos histoires intimes.
Quelles vies les fardeaux de l’Histoire passée nous permettent de choisir ?
Comment construire sa vie d’adulte avec des fantômes familiaux et historique écrasants ?
Quels regards porter aujourd’hui sur le conflit Israélo-Palestinien au delà des appartenances religieuses, nationales, historiques ?
Jusqu’où la poursuite d’un idéal peut justifier nos actes ?

David Geselson

Mon grand-père est mort en juillet 2009 à Jérusalem dans l’ancien quartier allemand, dans la partie Ouest de la ville.
C’est à partir d’archives et de récits de famille que j’ai entrepris d’écrire et de réinventer son histoire. Un pont entre mythologies et faits historiques.
Il s’agit de l’histoire d’un homme qui a traversé le 20ème siècle.
Au début du XXIe siècle, les idéaux qu’il aura poursuivis toute sa vie sont déjà fissurés. Son rêve presque détruit.
Quand il meurt, l’été 2009, j’ai bientôt 30 ans, je me sépare d’une femme et fuis pour le Japon.
C’est là, dans les inconnus de Tokyo, que je vais le recroiser et débuter la reconquête de mon histoire.
Nous sommes deux, Yehouda et moi, à nous raconter. Un homme dont l’idéal, la création de l’état d’Israël, est devenu un cauchemar, et un jeune homme qui hérite d’une histoire impossible à porter sans la ranimer, la questionner, la mettre en doute, la comprendre, la faire sienne.
Et il y a leurs histoires d’amours impossibles.
Une femme que Yehouda aura aimée toute sa vie sans jamais pouvoir vivre avec elle, et une rupture qui a poussé son petit-fils dans les inconnus du Japon.
D’abord écrits sous forme de nouvelles, ces récits, adaptés à la scène, sont portés par Elios Noël et moi-même. L’écriture se construit dans un aller-retour permanent entre la table de travail et le plateau.
Ces récits questionnent à la fois notre histoire actuelle, le conflit Israélo-Palestinien, ses conséquences éthiques, sociales, humaines et politiques, et nos histoires intimes.
Quelles vies les fardeaux de l’Histoire passée nous permettent de choisir ?
Comment construire sa vie d’adulte avec des fantômes familiaux et historique écrasants ?
Quels regards porter aujourd’hui sur le conflit Israélo-Palestinien au delà des appartenances religieuses, nationales, historiques ?
Jusqu’où la poursuite d’un idéal peut justifier nos actes ?

David Geselson

Le spectacle a été créé au Théâtre de Vanves du 15 au 18 décembre 2014.

Mise en scène et interprétation David Geselson et Elios Noël
Texte David Geselson
Collaboration à la mise en scène Jean-Pierre Baro
Scénographie Lisa Navarro
Lumières Jérémie Papin
Vidéo Jérémie Scheidler
Son Loïc Le Roux
Equipe technique en tournée
Régie générale et son
Loïc Le Roux
Régie lumière arNo Seghiri
Régie vidéo Julien Reis et Jérémie Scheidler
Administration, production, communication : AlterMachine I Noura Sairour et Carole Willemot

Production Compagnie Lieux-Dits
Coproduction Théâtre de Vanves, Théâtre de la Bastille
Avec l’aide de la DRAC Ile-de-France, d’Arcadi, du Centre National du Théâtre et du Fonds de dotation Porosus
Résidences Théâtre de Vanves, Carreau du Temple dans le cadre de l’incubateur international, Théâtre de la Bastille
Remerciements aux archives du CNC, au Théâtre Nanterre-Amandiers, à La Colline – théâtre national, au Théâtre Paris-Villette, à Lilas en scène, à Confluences et à la Fabrique Mc11

Durée 1h30

Le texte En Route-Kaddish est édité aux éditions Lieux-Dits 

Vidéos

Ouvrages
Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine, manifeste pour les sciences sociales, Edition du Seuil, 2014

Yosef Hayim Yerushalmi, Zakhor, Histoire juive et mémoire juive, Paris, Gallimard, 1984

Haruki Murakami, La fin des temps, Edition du Seuil, 2005

L’éléphant s’évapore, Éditions Belfond, 2008

Daniel Mendelsohn, Les Disparus, trad. Pierre Guglielmina, Edition Flammarion, 2007.

 

Films, documentaires
Israël – Palestine : l’emprise des images,
film documentaire de Jérôme Bourdon réalisé́ par Antonio Wagner. INA – 2008

The Gatekeepers, film documentaire franco-israélien réalisé par Dror Moreh en 2012.

« Les histoires se mêlent les unes aux autres dans En Route-Kaddish : celle de Yehouda joué par Elios Noël, et celle de David Geselson, joué par lui-même. Elles croisent les trajectoires de deux hommes qui se cherchent, à des époques différentes, avec des espoirs différents, mais, au fond, avec le même désir impossible, plus grand qu’eux, plus grand que l’Histoire. Un désir qui atteint au coeur chaque spectateur : où donc se trouver une terre, sur cette terre ? »

Brigitte Salino, Le Monde



« Les deux interprètes sont fins et sensibles. On les écoute avec bienveillance. (…) Un moment à part »

Armelle Héliot, Le Figaro

« Avec trois panneaux amovibles, quelques images d’archive et la belle complicité du comédien Elios Noël, (…) Geselson dialogue avec ses fantômes, confronte les époques et les points de vue. (…) Il laisse voir et entendre avec une sensibilité aïgue la complexité inscrite dans l’histoire comme dans la chair des hommes qui les vivent.»

Emmanuelle Bouchez, Télérama

« Il n’y pas de meurtre dans son magnifique spectacle En Route-Kaddish mais une blessure, même plusieurs et des questions, plein de questions. On sort de là sans réponse mais avec pleins de sensations, de noeud au mouchoir de l’histoire d’une zone géographique qui passe par le mot Palestine. »

Jean-Pierre Thibaudat, Médiapart

« On voit qu’ils s’aiment, mais ils ne sont pas là pour le dire. Ce qu’offre Doreen est mieux qu’une déclaration : c’est le portrait d’un amour, si vrai qu’il en paraît inventé, si bien réinventé qu’il en paraît encore plus vrai. »

Brigitte Salino, Le Monde

« Des meubles, des livres, un tourne disque définissent un espace de jeu central. Le gradin habituel est complète par des sièges au niveau du plateau. Chacun fait à sa manière. Certains s’assoient directement, d’autres se servent une boisson et s’installent avec leur verre, d’autres traînent devant la table. »

Armelle Héliot, Le Figaro

« Un spectacle d’une grande délicatesse, d’une extrême pudeur et d’une belle violence. »

José Sirach, L’Humanité

Théâtre de Vanves

15.12.2014 — 18.12.2014

Théâtre de Jarny

14.10.2015

Les Bancs Publics, Marseille

20.11.2015 — 21.11.2015

Théâtre d’Arles

19.01.2016 — 20.01.2016

L’Aire Libre, Rennes

27.01.2016

Théâtre Liberté, Toulon

02.03.2016 — 03.03.2016

Nouveau Théâtre de Montreuil

17.03.2016 — 03.04.2016

Théâtre Vidy-Lausanne – Suisse

28.05.2016 — 29.05.2016

L’Apostrophe, scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val-d’Oise

23.05.2017 — 24.05.2017

Festival Théâtre en mai, Théâtre Dijon- Bourgogne, CDN 

26.05.2018 — 27.05.2018

L’empreinte, Scène nationale de Brive-Tulle

29.03.2019

Le Rayon Vert – Saint-Valery-en-Caux

12.02.2021