Le silence et la peur [2020]

Le silence et la peur a été créé du 14 au 17 janvier 2020 au Théâtre de Lorient.

Texte et mise en scène David Geselson
Interprétation Dee Beasnael, Robert Manning Jr., Kim Sullivan, Laure Mathis et Marina Keltchewsky (en alternance), Elios Noël et David Geselson (en alternance)
Scénographie Lisa Navarro assistée de Margaux Nessi
Création lumière Jérémie Papin assisté de Marine Le Vey
Création vidéo Jérémie Scheidler assisté de Marina Masquelier
Création son Loïc Le Roux
Costumes Benjamin Moreau
Assistante à la mise en scène Shady Nafar
Régie générale Sylvain Tardy
Collaboration à la mise en scène Dee Beasnael, Craig Blake, Loïc Le Roux, Laure Mathis, Benjamin Moreau, Shady Nafar, Lisa Navarro, Elios Noël, Jérémie Papin, Jérémie Scheidler, Kim Sullivan, Sylvain Tardy
Traduction Nicholas Elliott et Jennifer Gay
Construction décors Atelier décor du ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie
Réalisation costumes Sophie Manac’h
Administration, production Noura Sairour
Diffusion, relations presse Carole Willemot I AlterMachine
Relations presse Irène Gordon Brassart

Equipe technique en tournée : 
Régie générale de tournée, surtitrage
Sylvain Tardy, Ludovic Bouaud
Régie lumière Marine Le Vey, Rosemonde Arrambourg, Jérémie Papin
Régie vidéo Jérémie Scheidler, Julien Reis, Marina Masquelier
Régie son Loïc Le Roux, Adrien Wernert

 

Durée estimée 2h

 

Spectacle en français et en anglais, surtitré en français

La vie de Nina Simone est une traversée terrible et sublime, une épopée de 70 ans qui se termine dans une solitude presque totale en France en 2003.
C’est à la fois l’histoire d’une quête intime éperdue pour la reconnaissance et celle d’une lutte politique vitale qui résonne aujourd’hui encore.
Figure tragique d’une révolte, Nina Simone, presque trop connue pour que l’on puisse s’en approcher, est sans doute irreprésentable sur un plateau de théâtre.
Jouer une Nina Simone, faire chanter comme Nina Simone, est un pari risqué : on sera toujours pâle à côté du réel.
Pourtant il y a là quelque chose d’infiniment attirant.
Non contente d’avoir vécu une vie épique, elle est aussi malgré elle l’héritière directe d’une bonne partie de l’histoire des États-Unis : arrière arrière-petite-fille d’une Amérindienne mariée à un esclave noir Africain, elle porte en elle 4 siècles d’histoire coloniale.
En racontant son histoire avec une équipe d’interprètes et de créateurs Afro-Américains et Franco-européens, j’entends aussi aborder le récit de la conquête meurtrière du Nouveau Continent par les colons européens à partir du 15ème siècle, et une partie de l’histoire Afro-Américaine.
De l’arrivée de Christophe Colomb aux Bahamas, au chef Skyuka massacré avec sa tribu amérindienne dans l’actuelle Caroline du Nord, en passant par l’histoire des Africains-Américains victimes de l’esclavage, je tenterai à travers l’histoire de cette femme de raconter et d’interroger ainsi une partie de notre histoire et de notre héritage occidental contemporain.
Il s’agira de faire exister dans une fiction travaillée par la grande Histoire ce qui habite Nina Simone, ceux qui l’ont accompagnée sa vie durant et ses fantômes, comme différentes facettes d’une pierre que l’on ne pourrait jamais embrasser d’un même regard.
Le projet interrogera et tentera de donner à voir, à ressentir, ce que la peur peut faire taire.
Comment la peur d’être détruit parce que l’on est ce que l’on est, diffuse dans les corps et les esprits de ceux qui la subissent des cicatrices indélébiles, et qui se transmettent, génération après génération ?
Européens, Occidentaux, nous sommes aussi les héritiers de ces blessures, infligées ou subies.
Victimes ou bourreaux nos histoires sont le fruit des bouleversements provoqués par le développement des empires qui deviendront plus tard l’Europe sur les terres habitées des Amériques à partir du 15ème siècle.
Comment faire récit commun ? Quelle légitimité pour ce faire ?

David Geselson

 

 

Production Compagnie Lieux-Dits
Coproduction
Théâtre de Lorient, centre dramatique national, Le Canal – Théâtre du Pays de Redon, Théâtre National de Bretagne – Rennes, ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie, Théâtre d’Arles, scène conventionnée d’intérêt national – art et création, Théâtre de la Bastille, Espaces Pluriels, Scène conventionnée danse – Pau, L’empreinte scène nationale Brive/Tulle, Théâtre Le Rayon Vert, Scène conventionnée d’intérêt national – art en territoire de Saint-Valéry-en-Caux, Le Gallia Théâtre, scène conventionnée d’intérêt national – art et création de Saintes, La Comédie – Centre Dramatique National de Reims, Théâtre des Quatre saisons, Gradignan, Théâtre de Choisy-le-Roi – Scène conventionnée d’Intérêt national – Art et création pour la diversité linguistique, en coopération avec PANTHEA, La Rose des Vents, Scène nationale Lille Métropole Villeneuve d’Ascq, CDN Besançon Franche-Comté, Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines Scène nationale, Teatro Nacional Dona Maria II, Lisbonne, Portugal
Avec l’aide du Ministère de la Culture, de la Région Ile-de-France, de la Spedidam, de l’Institut français dans le cadre de son programme Théâtre Export, de FACE Foundation Contemporary Theater, de la Harlem Stage – New York – Etats–Unis.
Avec le soutien de Théâtre Ouvert – Centre national des Dramaturgies Contemporaines, La Chartreuse de Villeneuve Lez Avignon – centre national des écritures du spectacle et du Théâtre de l’Aquarium
Accueillie en résidence au CDN de Normandie-Rouen

La compagnie Lieux-Dits est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Ile-de-France.

La vie de Nina Simone est une traversée terrible et sublime, une épopée de 70 ans qui se termine dans une solitude presque totale en France en 2003.
C’est à la fois l’histoire d’une quête intime éperdue pour la reconnaissance et celle d’une lutte politique vitale qui résonne aujourd’hui encore.
Figure tragique d’une révolte, Nina Simone, presque trop connue pour que l’on puisse s’en approcher, est sans doute irreprésentable sur un plateau de théâtre.
Jouer une Nina Simone, faire chanter comme Nina Simone, est un pari risqué : on sera toujours pâle à côté du réel.
Pourtant il y a là quelque chose d’infiniment attirant.
Non contente d’avoir vécu une vie épique, elle est aussi malgré elle l’héritière directe d’une bonne partie de l’histoire des États-Unis : arrière arrière-petite-fille d’une Amérindienne mariée à un esclave noir Africain, elle porte en elle 4 siècles d’histoire coloniale.
En racontant son histoire avec une équipe d’interprètes et de créateurs Afro-Américains et Franco-européens, j’entends aussi aborder le récit de la conquête meurtrière du Nouveau Continent par les colons européens à partir du 15ème siècle, et une partie de l’histoire Afro-Américaine.
De l’arrivée de Christophe Colomb aux Bahamas, au chef Skyuka massacré avec sa tribu amérindienne dans l’actuelle Caroline du Nord, en passant par l’histoire des Africains-Américains victimes de l’esclavage, je tenterai à travers l’histoire de cette femme de raconter et d’interroger ainsi une partie de notre histoire et de notre héritage occidental contemporain.
Il s’agira de faire exister dans une fiction travaillée par la grande Histoire ce qui habite Nina Simone, ceux qui l’ont accompagnée sa vie durant et ses fantômes, comme différentes facettes d’une pierre que l’on ne pourrait jamais embrasser d’un même regard.
Le projet interrogera et tentera de donner à voir, à ressentir, ce que la peur peut faire taire.
Comment la peur d’être détruit parce que l’on est ce que l’on est, diffuse dans les corps et les esprits de ceux qui la subissent des cicatrices indélébiles, et qui se transmettent, génération après génération ?
Européens, Occidentaux, nous sommes aussi les héritiers de ces blessures, infligées ou subies.
Victimes ou bourreaux nos histoires sont le fruit des bouleversements provoqués par le développement des empires qui deviendront plus tard l’Europe sur les terres habitées des Amériques à partir du 15ème siècle.
Comment faire récit commun ? Quelle légitimité pour ce faire ?

David Geselson

Le silence et la peur sera créé du 14 au 17 janvier 2020 au Théâtre de Lorient.

Texte et mise en scène David Geselson
Interprétation Dee Beasnael, Craig Blake, Laure Mathis, Elios Noël, Kim Sullivan
Scénographie Lisa Navarro assistée de Margaux Nessi
Création lumière Jérémie Papin assisté de Marine Le Vey
Création vidéo Jérémie Scheidler assisté de Marina Masquelier
Création son Loïc Le Roux
Costumes Benjamin Moreau
Assistante à la mise en scène Shady Nafar
Régie générale Sylvain Tardy
Collaboration à la mise en scène Dee Beasnael, Craig Blake, Loïc Le Roux, Laure Mathis, Benjamin Moreau, Shady Nafar, Lisa Navarro, Elios Noël, Jérémie Papin, Jérémie Scheidler, Kim Sullivan, Sylvain Tardy
Traduction Nicholas Elliott et Jennifer Gay
Construction décors Atelier décor du ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie
Réalisation costumes Sophie Manac’h
Administration, production, diffusion, relations presse AlterMachine I Noura Sairour, Carole Willemot et Laure Meilhac
Relations presse Irène Gordon Brassart
Equipe technique en tournée : 
Régie générale de tournée, surtitrage
Sylvain Tardy, Ludovic Bouaud
Régie lumière Marine Le Vey, Rosemonde Arrambourg, Jérémie Papin
Régie vidéo Jérémie Scheidler, Julien Reis, Marina Masquelier
Régie son Loïc Le Roux, Adrien Wernert

Production Compagnie Lieux-Dits
Coproduction
Théâtre de Lorient, centre dramatique national, Le Canal - Théâtre du Pays de Redon, Théâtre National de Bretagne - Rennes, ThéâtredelaCité - CDN Toulouse Occitanie, Théâtre d’Arles, scène conventionnée d’intérêt national - art et création, Théâtre de la Bastille, Espaces Pluriels, Scène conventionnée danse – Pau, L’empreinte scène nationale Brive/Tulle, Théâtre Le Rayon Vert, Scène conventionnée d’intérêt national – art en territoire de Saint-Valéry-en-Caux, Le Gallia Théâtre, scène conventionnée d’intérêt national – art et création de Saintes, La Comédie - Centre Dramatique National de Reims, Théâtre des Quatre saisons, Gradignan, Théâtre de Choisy-le-Roi - Scène conventionnée d’Intérêt national - Art et création pour la diversité linguistique, en coopération avec PANTHEA, La Rose des Vents, Scène nationale Lille Métropole Villeneuve d’Ascq, CDN Besançon Franche-Comté, Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines Scène nationale, Teatro Nacional Dona Maria II, Lisbonne, Portugal
Avec l’aide du Ministère de la Culture, de la Région Ile-de-France, de la Spedidam, de l’Institut français dans le cadre de son programme Théâtre Export, de FACE Foundation Contemporary Theater, de la Harlem Stage – New York - Etats–Unis.
Avec le soutien de Théâtre Ouvert – Centre national des Dramaturgies Contemporaines, La Chartreuse de Villeneuve Lez Avignon – centre national des écritures du spectacle et du Théâtre de l’Aquarium
Accueillie en résidence au CDN de Normandie-Rouen

Durée estimée 2h

Spectacle en français et en anglais, surtitré en français

Le silence et la peur fut créé du 14 au 17 janvier 2020 au Théâtre de Lorient.

Texte et mise en scène David Geselson
Interprétation Dee Beasnael, Craig Blake, Laure Mathis, Elios Noël, Kim Sullivan
Scénographie Lisa Navarro assistée de Margaux Nessi
Création lumière Jérémie Papin assisté de Marine Le Vey
Création vidéo Jérémie Scheidler assisté de Marina Masquelier
Création son Loïc Le Roux
Costumes Benjamin Moreau
Assistante à la mise en scène Shady Nafar
Régie générale Sylvain Tardy
Collaboration à la mise en scène Dee Beasnael, Craig Blake, Loïc Le Roux, Laure Mathis, Benjamin Moreau, Shady Nafar, Lisa Navarro, Elios Noël, Jérémie Papin, Jérémie Scheidler, Kim Sullivan, Sylvain Tardy
Traduction Nicholas Elliott et Jennifer Gay
Construction décors Atelier décor du ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie
Réalisation costumes Sophie Manac’h
Administration, production, diffusion, relations presse AlterMachine I Noura Sairour, Carole Willemot et Laure Meilhac
Relations presse Irène Gordon Brassart
Equipe technique en tournée : 
Régie générale de tournée, surtitrage
Sylvain Tardy, Ludovic Bouaud
Régie lumière Marine Le Vey, Rosemonde Arrambourg, Jérémie Papin
Régie vidéo Jérémie Scheidler, Julien Reis, Marina Masquelier
Régie son Loïc Le Roux, Adrien Wernert

 

Production Compagnie Lieux-Dits
Coproduction
Théâtre de Lorient, centre dramatique national, Le Canal – Théâtre du Pays de Redon, Théâtre National de Bretagne – Rennes, ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie, Théâtre d’Arles, scène conventionnée d’intérêt national – art et création, Théâtre de la Bastille, Espaces Pluriels, Scène conventionnée danse – Pau, L’empreinte scène nationale Brive/Tulle, Théâtre Le Rayon Vert, Scène conventionnée d’intérêt national – art en territoire de Saint-Valéry-en-Caux, Le Gallia Théâtre, scène conventionnée d’intérêt national – art et création de Saintes, La Comédie – Centre Dramatique National de Reims, Théâtre des Quatre saisons, Gradignan, Théâtre de Choisy-le-Roi – Scène conventionnée d’Intérêt national – Art et création pour la diversité linguistique, en coopération avec PANTHEA, La Rose des Vents, Scène nationale Lille Métropole Villeneuve d’Ascq, CDN Besançon Franche-Comté, Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines Scène nationale, Teatro Nacional Dona Maria II, Lisbonne, Portugal
Avec l’aide du Ministère de la Culture, de la Région Ile-de-France, de la Spedidam, de l’Institut français dans le cadre de son programme Théâtre Export, de FACE Foundation Contemporary Theater, de la Harlem Stage – New York – Etats–Unis.
Avec le soutien de Théâtre Ouvert – Centre national des Dramaturgies Contemporaines, La Chartreuse de Villeneuve Lez Avignon – centre national des écritures du spectacle et du Théâtre de l’Aquarium
Accueillie en résidence au CDN de Normandie-Rouen

 

Durée estimée 2h

 

Spectacle en français et en anglais, surtitré en français

Vidéos

Livres
Princess Noire, The tumultuous reign of Nina Simone, Nadine Cohodas, The University North Carolina Press
Black America, Une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (XIXe-XXIe siècle), Caroline Rolland-Diamond, Éditions la Découverte
Une institution très particulière : L’esclavage aux États-Unis, 1619-1877, Peter Kolchin, Édition Belin
Une histoire populaire des États-Unis, Howard Zin, Éditions Agone
Nina Simone, Une vie, David Brun-Lambert, Éditions Flammarion
I put a spell on you, Nina Simone, autobiography, Da Capo Press
Empires, de la chine ancienne à nos jours, Jane Burbank et Fréderick Cooper, Édition Payot
Malcolm X, une vie de réinventions, Manning Marable, Editions Syllepse
Révolution non-violente, Martin Luther King, Éditions Nadir Payot-Lausanne
Retour dans l’œil du cyclone, James Baldwin, Christian Bourgois Editeur
Chassés de la lumière, James Baldwin, Ypsilon Éditeur
De l’esclavage en Amérique, Frédérick Douglass-David Thoreau, Éditions rue d’Ulm
Beloved, Toni Morisson, Éditions 10-18
Les traites négrières, Olivier Petré-Grenouilleau
Malcolm X, Le pouvoir noir, Édition la découverte
Les âmes du peuples noir, W.E.B Dubois, Éditions la Découverte
Lies my teacher told me, James W.Loewen, Atria Books
Colère noire, lettre à mon fils, Ta-Nehisi Coats, Éditions J’ai lu
Le procès de l’Amérique, Ta-Nehisi Coats, Éditions Autrement

Films, documentaires
Nina Simone : Live at Montreux 1976, production Eagle Vision
Nina Simone, The legend, de Franck Lords
Nina Simone – An Historical Perspective de Peter Rodis
What happened Miss Simone ? de Liz Garbus
Les routes de l’esclavage, de Daniel Cattier, Juan Gélas et Fanny Glissant
OJ ; Made in America, de Ezra Edelman
I am not your negro, de Raoul Peck
Malcolm X, de Spike Lee

“Un spectacle de réappropriation culturelle partagée, d’une humanité ravageuse. La preuve par trois du talent inouï de David Geselson pour faire de l’histoire un bien commun.”

Fabienne Arvers – Les Inrockuptibles

« Sur la plateau, plusieurs cultures de jeux font corps, de même que le texte passe avec fluidité du français à l’anglais (…) Trop vaste et ambitieuse, l’entreprise qui regarde Nina Simone naître dans les soubaseent de l’Amérique, et trop périlleux, le risque de l’appropriation culturelle ? De manière tacite, ces questions tissent cette pièce-matriochka, épopée au plus loin, au plus proche, qui refuse la chronologie et avance par vagues successives pour saisir ce qui forge une personne et sa force de transpercer la chappe de l’oppression » 

Anne Diatkine – Libération

« Un jeu de panneaux dessine les décors : loge, bar, maison riche ou intérieur frustre de l’enfance.. se coulent les uns dans les autres comme les langues se répondent. Dee Beasnael, qui joue Nina Simone, parle anglais et aussi ngambaye (…) Cette comédienne qui vit à New-York dégage une belle énergie. »

Brigitte Salino – Le Monde

« La fiction fusionne avec le réel quand l’actrice incarnant Nina Simone (re)devient Dee Beasnael, portant à son tour toute l’histoire tragique des Afro-Américains – une magnifique interprétation. Le beau décor en clair-obscur, une île-maison animée de quelques projections, ajoute une touche d’onirisme à l’ensemble. L’osmose entre les excellents comédiens d’horizons différents fait le reste. L’âme ressuscitée de Nina la rebelle n’a pas fini de nous hanter.”

Philippe Chevilley – Les Echos

« A partir de l’autobiographie de la chanteuse et de plusieurs biographies, il a écrit un texte fin et sensible, à la limite du documentaire et de la fiction. (…) Nina-Eunice, l’actrice américaine née au Ghana Dee Beasnael l’incarne. Elle impressionne. Dans ce spectacle bilingue, porté par cinq comédiens excellents, elle nous fait sentir la violence, la peur, le racisme qui marquent à jamais. . »

Mathieu Perez – Le Canard Enchainé

« La fiction fusionne avec le réel quand l’actrice incarnant Nina Simone (re)devient Dee Beasnael, portant à son tour toute l’histoire tragique des Afro-Américains – une magnifique interprétation. Le beau décor en clair-obscur, une île-maison animée de quelques projections, ajoute une touche d’onirisme à l’ensemble. L’osmose entre les excellents comédiens d’horizons différents fait le reste. L’âme ressuscitée de Nina la rebelle n’a pas fini de nous hanter.”

Philippe Chevilley – Les Echos

« A partir de l’autobiographie de la chanteuse et de plusieurs biographies, il a écrit un texte fin et sensible, à la limite du documentaire et de la fiction. (…) Nina-Eunice, l’actrice américaine née au Ghana Dee Beasnael l’incarne. Elle impressionne. Dans ce spectacle bilingue, porté par cinq comédiens excellents, elle nous fait sentir la violence, la peur, le racisme qui marquent à jamais. . »

Mathieu Perez – Le Canard Enchainé

Théâtre de Lorient – CDDB

14.01.2020 — 17.01.2020

Théâtre National de Bretagne, Rennes

22.01.2020 — 29.01.2020

Le Canal, Redon

31.01.2020

La Comédie – CDN de Reims, Festival Far Away

04.02.2020 — 05.02.2020

Le Rayon Vert, St Valéry en Caux

07.02.2020

Théâtre d’Arles

11.02.2020 — 12.02.2020

Espace Pluriels, Pau

18.02.2020 — 19.02.2020

Théâtre de Chelles

25.02.2020

Théâtre des Quartiers d’Ivry, CDN (en coréalisation avec le Théâtre Paul Eluard de Choisy-le-Roi)

25.02.2020 — 08.03.2020

L’Agora, Boulazac

10.03.2020

Le Moulin du Roc, Niort

13.03.2020 — 14.03.2020

Le Gallia Théâtre, Saintes

17.03.2020

L’Empreinte, scène nationale de Brive-Tulle 

23.03.2020

ThéâtredelaCité, CDN Toulouse-Occitanie

25.03.2020 — 31.03.2020

Théâtre de la Bastille, Paris

20.04.2020 — 29.04.2020

La Rose des Vents, Villeneuve d’Ascq

05.05.2020 — 06.05.2020

NEST, CDN de Thionville        

12.05.2020 — 14.05.2020

Théâtre Forum Meyrin – Genève (Suisse) dans le cadre du Focus « Constellation Geselson »

12.11.2020 — 13.11.2020

Les Bancs Publics – Marseille

28.11.2020

CDN de Besançon

01.12.2020 — 03.12.2020

L’Empreinte – Scène Nationale de Brive-Tulle

08.12.2020

Le Gallia – Saintes

11.12.2020

ThéâtredelaCité – CDN Toulouse-Occitanie

15.02.2021 — 18.02.2021

Teatro Nacional Dona Maria II – Lisbonne (Portugal)

04.03.2021 — 06.03.2021

Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines – Scène Nationale

23.03.2021 — 25.03.2021

La Rose des Vents – Villeneuve d’Ascq

31.03.2021 — 01.04.2021